"Remède musical": un moyen auto-curatif de l'esprit et du corps

- Pourquoi le "Canon" de Pachelbel a-t-il la réputation de réduire le stress ? -

Dans une société moderne où les causes de stress abondent, de nombreux CD sont mis sur le marché pour régénérer l'esprit et corps par la musique. Certains proposent des sons naturels et d'autres de la musique classique ou de la musique spécialement composée dans ce but. Parmi ces sons ou musiques, l'un des plus populaires est un chef d'oeuvre allemand de la période baroque : le "Canon" de Pachelbel. Il serait particulièrement efficace pour la réduction du stress. Y a-t-il une base scientifique pour que cette musique ait de tels effets ?
Fort opportunément, une expérience a été faite pour examiner les effets de la musique sur notre corps, et les résultats ont été publiés il y a quelques années dans une revue médicale bien connue des Etats-Unis. Les participants étaient 50 chirurgiens masculins. La tension artérielle, la fréquence du pouls, et la conductivité de leur peau étaient mesurés tandis que chaque participant avait à effectuer, comme facteur de stress, des calculs de soustraction répétitifs, tout en écoutant (1) le "Canon" de Pachelbel, (2) une musique de son choix, considérée comme relaxante, et (3) une ambiance sans musique.
Les données obtenues ont alors montré que l'écoute de (1) le "Canon" de Pachelbel, entrainait une réduction de stress significative par rapport à (3) l'ambiance sans musique.

Le "Canon" de Pachelbel est relié aux proto-oncogènes!

La caractéistique du "Canon" se trouve dans les huit notes du début. Ce thème mélodique est répété sous diverses formes dans tout ce morceau de musique. La protéine d'activation de la GTPase, ou GAP, correspond à ce thème mélodique. En fait, le thème de la mélodie de GAP est, comme peut le comprendre sur les partitions ci-jointes, une variation du thème mélodique caractéristique du "Canon" de Pachelbel.
La GAP a une fonction d'inactivation des proto-oncogènes de la famille ras. Puisque les proto-oncogènes sont liés à la division cellulaire, on pense que quelques mutations partielles peuvent causer la prolifération anormale de cellules, qui produit un cancer. En fait, on trouve des mutations dans les proto-oncogènes ras pour 30% des cancers du poumon, 40% de ceux du colon, et même 80% de ceux du pancréas. Par conséquent, si on favorise la synthèse de GAP, l'activité des proto-oncogènes est réduite et le développement des tumeurs sera inhibé.
Inversement, selon les observations de thérapeutes musicaux qui ont utilisé le "Canon" de Pachelbel, certains types de stress peuvent stimuler des protéines ras, qui sont produites selon les codes des proto-oncogènes ras, et favoriser le développement de certaines tumeurs. Ils ont aussi observé qu'un certain nombre de maladies autres que des tumeurs peuvent être liées aux proto-oncogènes. Tout ceci correspond exactement à ce que les biochimistes commencent à mettre au clair, d'un point de vue scientifique.
Le "Canon" de Pachelbel a donc une fonction de réduction du stress et d'empcchement du développement de certains cancers et d'autres maladies reliées au stress.

L'écoute d'une musique qui plaise à l'auditeur a une signification profonde

Les résultats de l'expérience mentionnée au début comportent un autre aspect encore plus intéressant : quand les participants écoutaient (2) une musique relaxante de leur choix, leur stress était significativement moindre qu'à l'éoute de (1) le "Canon" de Pachelbel. Ceci signifie que leur stress était nettement inférieur avec la musique de leur choix, parmi les trois ambiances proposées. A titre indicatif, les morceaux de musique qu'ils avaient sélectionnés étaient : 46 classiques, deux de jazz, et deux de folklore irlandais.
Joël Sternheimer commente ce résultat ainsi: "Ce que ces faits nous apprennent, c'est que le stress n'est pas le même pour toutes les personnes, et que le facteur le plus important est que la musique écoutée soit agréable à l'auditeur. Ceci suggère que la production du stress implique des protéines variées. Par conséquent, si l'analyse de la musique qui plait à l'auditeur permet d'identifier des protéines impliquées dans la production de stress, on peut en tirer une musique plus appropriée à la réduction du stress. Cette méthode peut également être appliquée aux maladies.
On doit cependant noter qu'un même symptôme peut être relié à plusieurs protéines différentes. Le contraire est également vrai : une protéine peut être reliée à des symptômes variés. Il est donc important de pouvoir spécifier une ou plusieurs protéines correspondant au symptôme de chaque individu.
La méthode employée à cet effet est très simple : il suffit de choisir, par l'audition, une ou plusieurs mélodies parmi les morceaux de musique de protéine que l'on pense pouvoir correspondre au symptôme. D'ordinaire, un médecin examine les patients et leur prescrit des remèdes en fonction de leurs symptômes. Avec la musique de protéine, le patient choisit lui-même les "remèdes musicaux" qui lui correspondent le mieux, en comparant par l'audition plusieurs morceaux de musique de protéine. Puisque ces "remèdes musicaux" agissent directement au niveau de l'expression des gènes et de la synthèse de protéine, et puisqu'un processus d'auto-sélection par l'auditeur qui ressent leur action est mis en oeuvre, les "remèdes musicaux" sont plus efficaces que les remèdes ordinaires. Ceci donne une nouvelle perspective du traitement médical, complètement différente de ce que nous avons connu."
Il n'y a que nous-mêmes qui puissions exactement savoir et comprendre ce qui se produit dans notre esprit et dans notre corps. La musique de protéine est donc très importante pour nous : elle aide à sentir par nous-mêmes nos états mentaux et physiques, et puis à guérir notre esprit et notre corps par nous-mêmes. L'initiative du traitement médical est maintenant rétrocédée par les médecins aux patients eux-mêmes.

Notes: ras proto-oncogène : un oncogène trouvé dans des cellules. Une centaine d'oncogènes ont déjà été trouvés et chacun est représenté par trois lettres alphabétiques. Le ras est célèbre parce que c'est le premier oncogèe qui a été tiré de cellules cancéreuses humaines.

GTP: Guanosine 5'-triphosphate. Elle joue un rôle important dans la transduction de signaux de prolifération ou de différentiation des cellules.